En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu DIM Astrea

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

Axe 3 : Quelles contributions actuelles et futures des agricultures et de leurs filières à l'approvisionnement alimentaire d'une mégapole ?

Contexte et enjeux scientifiques :

La multiplication des études et prospectives – parfois controversées – illustre l’attention croissante portée aux questions d’approvisionnement alimentaire de par le monde. La participation de l’agriculture proche des villes à cet approvisionnement alimentaire fait aussi objet de débats (Bricas et Seck, 2004 ; Agrimonde, 2009 ; Dualine, 2011 ; Aubry et al., 2010 ; Bruinsma, 2010 ; Even et Laisney, 2011). Paris et sa région – dont l’histoire montre qu’ils n’ont jamais été dans une situation d’autosuffisance alimentaire– ne font pas exception. L’approvisionnement des populations des grandes villes doit être très diversifié pour répondre aux besoins de populations plurielles. Que ce soit dans le cadre d’une alimentation individuelle ou dans celui de la restauration collective, les consommateurs recherchent des produits sains à prix bas et des régimes assurant l’équilibre nutritionnel ; ils sont sensibilisés à la notion émergente d’aliments-santé, mais demandent aussi de plus en plus des produits locaux et naturels. Or, l’offre alimentaire francilienne se caractérise moins par la diversité des produits locaux, que par l’immense diversité de produits bruts et transformés de différentes provenances permise par des infrastructures industrielles et commerciales parmi les plus importantes au monde, dont le Marché international de Rungis. Le « globalized agri-food system » (Morgan et al., 2006) porté par ces structures ne répond pas à la demande de relocalisation des productions qu’expriment certains urbains. Lorsque, comme c’est le cas en Ile-de-France, l’agriculture s’est majoritairement orientée vers des productions largement destinées au marché mondial, le redressement de sa fonction alimentaire locale est un enjeu majeur : ce redressement est-il possible, par quelles voies en termes de productions, de transformations et de commercialisations ?

Objectifs scientifiques et grandes questions de recherche :

La fonction alimentaire de l’agriculture de proximité des villes a fortement régressé dans le monde occidental, mais de nouvelles attentes urbaines semblent apparaître pour relocaliser la production végétale et animale, et renouer les liens entre agriculteurs et consommateurs urbains. De nombreuses questions en résultent, dont à titre d’exemple :

a)       Quelles sont précisément ces nouvelles attentes des consommateurs : assiste-t-on à une requalification des produits alimentaires locaux, et si oui, sous quelles formes et pour quelles fractions de la population des villes et de leur périphérie ? Quels relais ces préoccupations trouvent-elles dans l’espace public et marchand et chez les « prescripteurs » de l’alimentation (dont monde associatif, medias) ? Quels sont les impacts de ces attentes renouvelées des consommateurs sur les évolutions attendues des systèmes agro-alimentaires ? On repérera par là des leviers pour un renforcement du lien production-consommation.

b)       Quel fonctionnement actuel et quelles capacités des systèmes agro-alimentaires à évoluer vers un renforcement de la fonction alimentaire de proximité : quelle place occupent ou occuperont dans les exploitations et dans les territoires, les destinations « alimentation de proximité » des produits versus d’autres destinations (filières alimentaires non locales, exportation, production non alimentaire). Pour les villes, il s’agit de comparer les intérêts et désavantages du renforcement de la fonction alimentaire locale versus d’autres formes d’approvisionnement, en termes quantitatifs et de qualité des produits (notamment risques sanitaires éventuels en milieu urbain ou périurbain soumis à pollutions, mais aussi qualité organoleptique et nutritionnelle des produits): quelles sont les complémentarités et/ou concurrences pouvant se faire jour entre systèmes alimentaires et territoires pour l’approvisionnement des villes ? Plus largement, en quoi ces évolutions questionnent-elles les modes de production, de transformation et de distribution ; quelles évaluations techniques, économiques, environnementales, à différentes échelles, peut-on faire de différents scénarii d’évolution ?

c)       Quelles organisations de la distribution dans les zones urbaines et périurbaines et quelles conséquences en termes d’accessibilité (géographique, économique, sociale) à des denrées alimentaires variées et d’organisation spatiale des approvisionnements ? Le recours aux différents commerces alimentaires découle de l’organisation de l’offre mais aussi des modes de vie des ménages (trajets quotidiens, espaces et équipements de stockage…) et peut être révélateur d’inégalités sociales profondes. Quelles incidences ont des évolutions affectant les conditions de vie et de logement sur l’organisation des approvisionnements et, au-delà, sur les pratiques alimentaires des ménages ? On accordera une attention particulière à la diversification et à l’augmentation fréquentes des circuits courts de produits alimentaires autour des mégapoles : quelles modalités et quels intérêts économiques pour les producteurs, les consommateurs ; quels coûts logistiques (comment les optimiser) et quels impacts environnementaux ; quelles répercussions sur le fonctionnement technique et organisationnel des exploitations (modes de production, qualités des produits), des filières, des territoires ?