En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu DIM Astrea

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

Axe 4 : Quelle évolution des systèmes de production, des organisations et des produits pour développer durabilité et compétitivité du secteur de l'alimentation ?

Contexte et enjeux scientifiques :

La capacité de création de valeur ajoutée à la ressource agricole est un enjeu dont l’importance est universellement reconnue (Lutte contre la pauvreté, lutte contre la faim (FAO, 2009)). La transformation à des fins alimentaires ou non-alimentaires est la principale source de cette valeur ajoutée. Or, l’analyse des échanges au niveau international montre un effritement des parts de marché des entreprises agroalimentaires françaises au cours des quinze dernières années. La rentabilité du secteur reste dans la moyenne des principaux pays développés, mais les évolutions au cours de la période écoulée dénotent une relative diminution de la compétitivité de ces entreprises. Elle est notable, par exemple, vis-à-vis de l’Allemagne qui a nettement renforcé sa capacité de production agricole et agroalimentaire. Au cours de la période récente, la productivité totale diminue même en moyenne de 0,4 % par an dans les entreprises agroalimentaires françaises. Elle est à peu près stable dans des secteurs comme les produits laitiers ou les boissons, mais baisse de 0,7 % par an dans le secteur de la viande. Dans le même temps, l’exigence de durabilité (Dualine, 2011) pose la question du développement de réponses globales dans les chaines de création de valeurs (Pujari, 2006). Il serait contreproductif de travailler isolément les questions d’impacts associés aux phases de transformations, à la logistique et aux usages, sans prendre en compte les interactions entre ces phases ; devront aussi être considérés les éventuels transferts d’impacts négatifs associés à des optimisations spécifiques locales.

L'Ile-de-France, qui représente un cinquième de la filière agroalimentaire française, est confrontée à ces mêmes évolutions. Compte tenu de sa place dans l’économie régionale (voir supra), le développement du secteur agroalimentaire constitue un enjeu majeur pour la région capitale, tant en matière d'attractivité que de contribution à l'emploi et à la croissance économique. Le développement d’innovations au sein des filières agroalimentaires est alors crucial, pour autant que celles-ci permettent de répondre simultanément à plusieurs défis en termes de santé humaine, d’impact environnemental et de performance économique.

Objectifs scientifiques et grands domaines de recherche :

Le secteur alimentaire, de la production à la consommation des aliments, se voit assigner de nouveaux objectifs de durabilité et de compétitivité (économiques, sanitaires, environnementales, sociales) qui amènent ses différentes composantes à mettre en place de nombreuses innovations. Parmi ces objectifs, on s’intéressera notamment aux questions suivantes :

a)      Comment accroître les bénéfices et/ou réduire les risques de santé associés à l’alimentation, à travers les pratiques de consommation (déterminants des comportements et des préférences des consommateurs, liens avec les formes de production agricole), les pratiques de conception et de transformation des aliments adaptés à des enjeux santé (pathologies induites/prévenues, leviers d’action pour modifier les comportements alimentaires, sécurité sanitaire des aliments). On portera une attention particulière au développement de la restauration hors foyer (RHF) dans les mégapoles, notamment du point de vue de la santé du consommateur ;

b)      Comment améliorer les performances environnementales du secteur alimentaire ? Ce nouvel enjeu se traduit par des critères encore en élaboration se surimposant aux critères de sécurité sanitaire ou de rentabilité économique classiques pour le secteur. On pourra traiter des modifications des modèles actuels de consommation, de la rénovation de procédés de fabrication (dont la valorisation de l’énergie, de l’eau et des déchets), de la logistique, particulièrement cruciale en région métropolitaine ;

c)       Comment assurer la durabilité économique, environnementale et sociale des innovations ? Le maintien d’une rentabilité économique pour le tissu des entreprises du secteur de l’alimentation (souvent des PME) va de pair avec la maîtrise des prix de l’alimentation indispensable pour limiter l’insécurité alimentaire des consommateurs les plus vulnérables, et la réduction des impacts environnementaux, pour concevoir et évaluer les innovations technologiques et/ou organisationnelles dans le secteur alimentaire tout en maintenant un niveau élevé de nutrition et de protection des consommateurs ;

d)      Comment conforter la durabilité des pratiques alimentaires ? On s’interrogera sur les modes de consommations de manière plus générale, notamment en prenant en compte l’utilisation comparée des protéines végétales et animales, ainsi que les modalités et les déterminants de la production de déchets alimentaires au niveau des ménages ou de la restauration collective. On analysera l’adaptation de l’offre alimentaire aux pratiques domestiques et en RHF et en quoi les usages et l’organisation de l’alimentation peuvent être des gisements d’innovation.