En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu DIM Astrea

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

DIM ASTREA, Agrosciences, Ecologie des Territoires, Alimentation

Thèse d'Ancuta Isbasoiu

DIM 2015

Ancuta Isbasoiu
© DIM ASTREA
Analyse multicritères des politiques publiques environnementales dans l’Union Européenne

Ancuta Isbasoiu

DIM 2015

Thèse en cours

Analyse multicritères des politiques publiques environnementales dans l’Union Européenne

Résumé

L’Union Européenne a un programme ambitieux pour faire face aux effets du changement climatique, les institutions européennes devant désormais prendre en compte les considérations environnementales dans toutes les politiques qu’elles promeuvent. L’agriculture participe aux changements globaux par ses effets externes et la nécessité de les réguler, étant l’objet d’une politique publique spécifique (la Politique Agricole Commune) et la cible de politiques environnementales. L’objectif de ma thèse consiste à évaluer les impacts des politiques publiques européennes (environnementales, agricoles, climatiques, de sécurisation du niveau de la production agricole) sur l’agriculture, de mesurer leurs effets croisés et d’évaluer l’intérêt d’une meilleure coordination de ces politiques. La méthodologie repose sur le modèle de l’offre agricole européenne AROPAj, qui utilise les données du Réseau d’Information Comptable Agricole (RICA). De plus, l’analyse est réalisée à plusieurs niveaux, infra-régional, nationaux et européens, tenant compte de la variabilité du contexte économique qui caractérise l’agriculture européenne sur les six années 2007-2012, décrites par une forte variation des prix agricoles et des conditions climatiques au cours de la période. Les résultats de la thèse se situent à l’intersection de plusieurs problématiques d’importance sociétale majeure qui a été recentrée sur : la réduction des émissions de gaz à effet de serre agricoles dans l’UE et le niveau de la production agricole. Les résultats indiquent que les coûts marginaux d’atténuation varient substantiellement dans le temps, mais aussi dans l’espace. Un des résultats majeurs met en évidence qu’on peut réduire les émissions de GES en modifiant l’offre de l’agriculture tout en augmentant la quantité de calories alimentaires. La thèse montre également qu’un système de prix différenciés des 2 gaz (N2O et CH4) permet de mieux adapter la politique de régulation climatique en fonction de l’horizon de temps sur lequel on se projette.